Affichage des articles dont le libellé est Agent M. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Agent M. Afficher tous les articles

#Emploi : Avez-vous une plus grande aura numérique que votre lave vaiselle ?

Bonjour Agent M
Heureux de vous retrouver ici

Vous vous interrogez sur les composantes de votre aura numérique ?

Nous allons y répondre en 3 étapes.

Jouons avec votre aura numérique

ETAPE 1 : Et, si vous aviez l'aura numérique d'un lave vaisselle ?


 

3 informations sont à relever 

Le journal poétique du lave-vaisselle
Les composantes de la capacité de l'autonomie
Droits d'usage

Étape 2 : Les composantes de l'aura numérique d'un humain



Etape 3 : Comment allez-vous intégrer ses connaissances dans votre matrice de l'excellence  ?

 

Challenge : Les composantes numériques des Agents M ?
Apprenaute Code7H99


 
Consigne i-vidéo > Suivez le pingouin violet

Les premiers bénéfices de la formation ? Self data à Self de Cour

Quel champion réussit sans son coach / apps / self data?


Inconnu en France dans les années 90, le coaching s'est répandu comme une trainée de poudre à tous les étages de l'entreprise. Aussi bien dans les centres d'appels comme ceux de la BNP où un coach accompagne les chargés de clientèle à mieux réussir et à mieux conseiller à la présidence, il y a désormais un conseiller humain ou électronique partout et pour tout le monde.

Le capital de l'entreprise qu'il faut rentabiliser n'est plus la ou les machines mais le capital humain, le véritable avantage concurrentiel.

Entre des équipes démobilisées ou suicidaires, entre des collaborateurs qui ont élevé le  "faire semblant" au rang d'art pour développer leur carrière, les PME, déjà confrontées à des difficultés économiques spécifiques, ne peuvent se permettre de mettre en péril les relations humaines de l'entreprise.

Quelles sont les solutions ?


La formation individuelle répond avec des programmes courts et adaptés aux contraintes de temps. Structurée en module d'une à deux heures à intervalles réguliers, cette solution pédagogique avec son bilan avant et après apporte la frustration nécessaire de ne pas tout résoudre pour mieux motiver à se former plus régulièrement pour enchainer les cycles de l'excellence.


Illusions haptiques


L'accompagnement régulier se différencie par des modules de 4 à 20 heures par mois pour apporter une prise de recul permanente, le temps nécessaire pour reprendre de l'élan et développer son efficacité personnelle et mieux se développer professionnellement.

Quels sont les thèmes à privilégier ?



La prise de parole en public face à un public connecté pour mettre en mouvement  chaque acteur de la performance dans le cadre de réunions d'équipes, de présentations aux clients,  aux investisseurs, ou des partenaires.




Le développement des compétences managériales pour adopter le style de management adapté aussi bien aux situations qu'aux relations avec les collaborateurs. Développer son leadership, mieux négocier ou mieux déléguer, réussir les entretiens annuels de la performance, conduire une réunion avec efficacité.




L'accompagnement au changement répond aussi bien à une fusion qu'à une restructuration. Apprendre de nouvelles compétences ou développer une nouvelle valeur ajoutée nécessite d'anticiper, de réaliser des plans de communication, de savoir bien gérer les conflits et de prendre des décisions suivant un timing pré-établi.



L'optimisation du temps permet de répondre à des questions existentielles que sont les objectifs à court, moyen et long terme de l'entreprise et des salariés. Disposer d'outils opérationnels simples à acquérir permet aux équipes d'avancer sereinement.




Gérer le stress et les risques psychosociaux permet une meilleure communication et de meilleures performances pour mieux vendre et mieux recruter. Le développement de la marque employeur est incontournable pour une société qui souhaite se développer et attirer les meilleurs.





Réussir l'intégration des nouvelles recrues passe par une meilleure organisation et un management d'équipe exemplaire afin de faire fructifier cet investissement. Le recours à un guide des bonnes pratiques et des meilleures exécutions associé à une formation d'intégration permettent une prise de fonction idéale.

Savoir dire non : un impensé ?

"Penser, c'est dire non. Remarquez que le signe du oui est d'un homme qui s'endort ; au contraire le réveil secoue la tête et dit non. Non à quoi ? Au monde, au tyran, au prêcheur ? Ce n'est que l'apparence. En tous ces cas-là, c'est à elle-même que la pensée dit non. Elle rompt l'heureux acquiescement. Elle se sépare d'elle-même. Elle combat contre elle-même. Il n'y a pas au monde d'autre combat. Ce qui fait que le monde me trompe par ses perspectives, ses brouillards, ses chocs détournés, c'est que je consens, c'est que je ne cherche pas autre chose. Et ce qui fait que le tyran est maître de moi, c'est que je respecte au lieu d'examiner. Même une doctrine vraie, elle tombe au faux par cette somnolence. C'est par croire que les hommes sont esclaves. Réfléchir, c'est nier ce que l'on croit. Qui croit ne sait même plus ce qu'il croit. Qui se contente de sa pensée ne pense plus rien."

ALAIN, Propos sur les pouvoirs, L’homme devant l’apparence (1924), Gallimard, Folio essais, 1985, p. 351.



Dire non à un client ?

Impensable dans certaines entreprises. 

Pourtant, dire non au client vous rend plus professionnel et plus expert à ses yeux à condition que ce soit pour répondre à sa demande de qualité de service. Les consommateurs et clients comprennent parfaitement qu'on puisse leur dire non à condition qu'on leur explique pourquoi et qu'on leur propose une solution de remplacement. Tiens, expliquer pourquoi et dire comment faire autrement, on dirait de la formation !

Bravo, tout comme il faut former un diabétique pour que le traitement soit plus efficace. Il vous faut former le client pour que votre solution soit plus efficace.

Oui, votre client est en recherche de solutions, il n'est pas au sommet de sa performance sans votre service ou votre produit. Il lui manque quelque chose comme pour le diabétique et son traitement.
L'exemple du diabétique vous déstabilise ? Pensez aux logiciels et leur mille vertus. Sans formation, en quoi vous aident-t-ils vraiment ?
Revenons à nos moutons hormonés ;)

Dire non permet d'entamer un dialogue, de proposer des solutions de remplacement immédiates ou différées.
De vous montrer humains, seules les machines disent Non sans expliquer et quelles sont alors nos réactions ?
Nous les traitons en machine. Est-ce le sort que vous souhaitez vous réserver ?
Vous pouvez toujours apprendre à vos commerciaux à dire machinalement : je vous écoute, je vous comprends... à votre avis quel est votre ressenti quand quelqu'un vous dit cela?
Peut-être comme moi vous savez que avez à faire à quelqu'un qui est là pour puiser dans votre discours des élèments pour vous vendre sa camelote qui correspondra à votre usage mais cela vous ne le saurez qu'après l'achat, d'où une déception à la hauteur des promesses.
Ou alors comme moi, vous recherchez un vrai spécialiste qui va vous expliquer comment son service va répondre à vos besoins et servir vos intérêts. Il y a ceux qui disent écouter et ceux qui vous écoutent.
Auprès de qui achetez-vous ?

Comment faire face ?

Le savoir dire non en 8 étapes :
  1. Accueillir chaleureusement la personne Cf signes conditionnels et inconditionnels
  2. Aller droit au but avec la technique de la reformulation subjective
  3. Écouter, questionner,...
  4. Dire non
  5. Se taire
  6. Permettre à l'interlocuteur de s'exprimer à nouveau
  7. Expliquer le non
  8. Remotiver
Très souvent, les participants à une formation management sur le savoir dire non font la confusion entre expliquer et se justifier.
 
Cas Pratique

Un participant arrive en retard à une formation. Il entre dans la salle en expliquant le pourquoi du comment de son retard alors que le formateur ne lui a rien demandé. Se sentant coupable, il justifie son retard et fait perdre du temps à l'ensemble des participants. Expliquer aurait consisté à donner les raisons de son retard si le formateur en avait fait la demande.

#2 Comment avoir de la chance ? Version MBA

"Le malheur de la personne malhabile est de se tromper dans le choix 
de sa condition,  sa profession et ses amis"
Agent M Niveau 8
 

La chance est un concept qui exprime la réalisation d'un événement, bon ou mauvais, sans nécessairement qu'il y ait un lien de cause à effet entre le désir et sa réalisation, bonne ou mauvaise. Vu sous cet angle, il s'agit d'une superstition.

Test des illusions cognitives optimistes




Test de sélection Agent M Niveau 2


Alpha-Test Haut potentiel et Talent


Veuillez revêtir votre tenue Agent M avant de poursuivre. Merci.


En acceptant de répondre à ce test, vous engagez vos données personnelles et votre avenir professionnel à vos risques et périls.





Soyez rassurés, la visite technique s'effectue pour toutes les personnes occupant un emploi salarié et non salarié.


Elle vise uniquement à contrôler 124 points regroupés en 10 fonctions principales.





Autonomie et Indépendance



 
Qu'est-ce qui différencie l'autonomie de l'indépendance ?

Pour ma part, au départ, ces deux mots n'étaient que des synonymes, il n'était même pas utile d'aller vérifier la différence dans un dictionnaire. Ainsi, j'apprenais aux managers à rendre leurs coéquipiers autonomes. Pour ce faire, je leur expliquais les 3 piliers de l'autonomie : Savoir - Vouloir - Pouvoir de la manière suivante : 


Le savoir ?
Ensemble des connaissances d'une personne ou d'une collectivité acquises par l'étude, par l'observation, par l'apprentissage et/ou par l'expérience
 
Le vouloir ?
En psychologie, la volonté est la capacité à accomplir un acte intentionnel, consciemment.
 
Le pouvoir ?
Un pouvoir, ou super-pouvoir, dans les œuvres de science-fiction, est une capacité surhumaine extraordinaire
 
Comment repérer le degré d'autonomie de vos équipes ?
 
Degré 1 : Très Faible autonomie
 
Ne sait pas : Il attend des informations, des connaissances, des idées du manager. Si rien ne vient, il ne fera rien. Il ne fait pas le lien entre les connaissances dont il dispose et les missions à accomplir. Il ne saura pas mobiliser son expérience si on ne lui dit pas comment faire.
Ne veut pas : Il ne sait pas s'il sera capable. Au premier obstacle, il risque de baisser les bras et de déclarer que c'est impossible.
 
Degré 2 : Faible autonomie

Ne sait pas bien : Il attend des explications du manager sur ce qu'il a à faire et sur la façon de le faire. Il commence poser des questions sur le pourquoi du comment. Il fait le lien avec ce qu'il sait.
Veut bien : Il s'intéresse et aimerait bien faire plus si seulement on l'aidait davantage ou si on lui donnait plus de moyens pour faire : explication, temps. Il aimerait aussi être plus rassuré sur sa compétence.
 
Degré 3 : Autonomie modérée
Sait faire : Il a les compétences, il sait identifier celles qui lui manquent éventuellement, et sait auprès de qui aller chercher les compléments. Il est très désireux de réussir et manque parfois de recul.
Veut et pose des conditions : Il a confiance en lui et exige qu'on le laisse faire. Comme il l'entend ou il pense avoir besoin d'aide et demande à son coach. Il est moteur dans la demande des moyens.
 
Degré 4: Forte Autonomie
Sait faire : Il possède généralement toutes les compétences nécessaires. Et en tout état de cause, il sait identifier celles qui lui manquent et les acquérir par une démarche personnelle. Il possède d recul par rapport à ses activités et peut donc transmettre efficacement son savoir-faire à un débutant.
Veut faire: Il a confiance en sa capacité à réussir et sait transmettre sa confiance et sa motivation. Il n'investit que l'énergie nécessaire et il sait s 'intéresser à autre chose.
 
> Comment s'adapter aux différents degrés d'autonomie ?
 
Degré 1 :
Nouveaux embauchés, personnes nouvelles dans leurs fonctions ou encore dans les équipes à forte autorité. Les collaborateurs redoutent ici de ne pas réussir dans la norme.
  • Le formé : Attentiste, s'installe dans l'adaptation et la soumission.
  • Le manager : Il doit utiliser une communication pragmatique. Il est ferme sur les objectifs et les méthodes. Il encourage et reste permissif en cas d'erreur. Présent/Résultat/Contrôles/Félicitation/Analyses
Degré 2 :
Collaborateurs qui commencent à faire leur preuve. Ils souhaitent moins de routine et affirmer leurs compétences. Ils veulent comprendre. Donner un sens à leur travail. Ils ont peur d'être humiliés
  • Le formé : Il prend progressivement confiance en lui, il s'affirme en prenant le contre-pied, en s'opposant sur des décisions ou il ne se sent pas très sur.
  • Le manager : Il gère la tension du formé, son agressivité, il l'accepte comme naturelle. Il apporte plus de souplesse à la méthode de travail. Il donne des objectifs plus élevés. Un relationnel plus proche se crée.
Degré 3 :
Collaborateurs qui ont réussi un certain nombre d 'actions. Ils ont confiance en eux. Ils veulent évoluer rapidement mais manquent de recul et supportent mal les directives. Ils ont peur d 'être isolés.
  • Le formé : Il prend des libertés par rapport au coach. Il crée sa propre identité.
  • Le manager: Il gère la frustration par rapport à des prises d'initiatives face à un manque de communication. Il peut se rassurer en précisant les objectifs. Phase difficile pour le manager, il doit prendre du recul et faire attention à ne pas trop couver ou à laisser trop d'autonomie.
Degré 4 :
Collaborateurs devenus experts dans leur domaine. Ils maîtrisent la technique et le relationnel et utilisent efficacement leur énergie.
  • Le formé / Le manager : Ils établissent des relations égalitaires d'échanges respectivement

 Or, une autre définition précise :

L'autonomie : La capacité à décider
L'indépendance : La capacité à faire

Qu'est-ce que cela change ? 

L’autonomie αὐτονομία, autonomia est la faculté d'agir par soi-même en se donnant ses propres règles de conduite, sa propre loi, ce qui est différent de l'indépendance qui consiste à pouvoir faire sans pour autant décider. 
Un ouvrier est indépendant dans son travail mais il décide de moins en moins de ce qu'il peut faire de par la mise en procédure de chacun de ses gestes.
Ainsi, il n'a aucune autonomie dans son travail, il ne peut créer sa loi au service de l'excellence de l'entreprise, y ajouter sa diversité, il est en attente de robotisation, il ne peut que faire.
Autre exemple, une personne en situation de handicap moteur perd en indépendance capacité à marcher quand une autre en situation de handicap cognitif pourra être placée sous le régime de la tutelle ou curatelle car n'étant plus à même de décider pour préserver sa vie sur le long terme.

La prise de parole face à un public connecté : Discours et outils

Bonjour Agent M


Managers et commerciaux sont amenés à prendre la parole face à leurs équipes, des partenaires, des clients. Tout comme les demandeurs d'emploi devant les intermédiaires de l'emploi et les chargés de recrutement.

Lors de cet événement pour présenter, détailler ou démontrer, leur objectif est de mettre en mouvement l'interlocuteur.

Nous avons eu la mode du Pitch elevator ou comment se présenter en 2 minutes pour captiver et convaincre les autres et nous avons aussi un intemporel avec le modèle Hermann que les consultants en Communication & Management connaissent sous l’acronyme HBDI.



Cette image représente les 4 familles de population que nous rencontrons et qui composent vos publics, vos auditoires.

Il y a ceux qui sont intéressés par :
- En jaune : Le but du but qui peut se traduire par Pour Quoi
- En rouge : Le qui, ceux qui privilégient la relation, l'harmonie (les plus experts d'entre vous reconnaitront là le modèle F -Feeling- du MBTI)

- En vert : Le Comment avec ceux qui recherchent avant tout le comment faire, comment mettre en place

- En Bleu : Le quoi quel service sera impacté ou quels seront les sujets abordés ?


Ainsi, une présentation dont l'objectif est de mettre en mouvement l'auditoire prendra en considération ces 4 dimensions afin que tous et donc chacun se sentent concernés.



Avec le développement des outils technologiques, votre public est aussi de plus en plus connecté. De fait, comme il le fait quand il fait ses courses en comparant en temps réel votre solution avec d'autres ou en effectuant du fact checking, soit de valider via Internet la véracité de vos propos. Une autre variante du fact checking pratique répandue notamment chez les étudiants est : "mais Google dit que...'
Au travers de ces exemples, vous constatez que le savoir est déjà partagé et accessible mais rassurez-vous vous détenez encore (parfois) les clefs de compréhension ou de lecture pour votre public.

La question pour le présentateur devient



Comment utiliser au mieux cette connexion quasi permanente pour en tirer des bénéfices ?

Vous vous souvenez de la sempiternelle séquence :

Vos questions / Mon œuvre
en fin de présentation ?

A ce moment-là, chacun est plus préoccupé à aller chercher son enfant à l'école, se dépêcher pour être bien placé au cocktail qui suit ou aller vapoter.
Résultat A, à ou a ?
Peu de questions notamment quand la présentation a duré 1 heure et que la question porte sur une séquence des premières minutes.

Comme pour l'apprentissage où pour maintenir le niveau d'attention et de motivation, il faut des évaluations régulières, pour une bonne présentation, il faut une interactivité régulière pour permettre à chacun de suivre, de comprendre ou de faire part de sa présence. le cas échéant votre présentation ne doit pas excéder 15 minutes temps d'attention moyen pour un professionnel, moindre s'il n'est pas à un poste sédentaire, je pense surtout aux VRP et les professionnels du terrain.

Recrutement & Emploi : L'analyse de vos postes et de l'environnement professionnel


Bonjour Agent M
Heureux de vous retrouver ici.
Vous vous interrogez sur vos compétences ?
Nous allons y répondre en quelques étapes.




Agent M

Il est préférable d'être à deux pour cet exercice. L'un écoutant les explications de l'autre. Seul-e, vous avez un risque très élevé de l'arrêter en cours de route. Soyez vigilants.



Les principales missions du poste  

Elles sont en nombre limité : Quatre à sept au maximum



Votre rôle dans le service ? 

Des outils d'aide à la créativité
Cliquez pour accéder aux ressources
  • En quoi est-il différent de celui des autres ? Si la fonction venait à disparaître, que manquerait-il à l’ entreprise, au service ? 
  • Identifier la raison d’être du service  en quelques lignes 
  • Identifier la raison d’être de la fonction ou des fonctions en quelques lignes
Pour vous aider à mieux définir les principales missions de vos postes précédents :

Qui a besoin de ce travail ? Quelle personne ? Quelle fonction ?
S’agit-il de clients internes ou de clients externes ?





Une mission permanente se compose de trois éléments :






1 - Le degré de responsabilité ou impact sur le résultat identifié

Direct et primordial : Vous êtes le seul garant du résultat et avez les leviers nécessaires pour agir.

Direct et partagé : Vous êtes garant du résultat mais votre responsabilité est partagée avec un collègue.

Indirect : Vous participez au résultat atteint par d'autres

2 - Le résultat permanent attendu

Quelle responsabilité pour quel résultat final et dans quel domaine ?

Exemple : assurer les objectifs du service 

3 - Les activités principales 

Quels sont les moyens pour arriver au résultat attendu ?


La trilogie des savoirs




Cette étape demande de l'effort et la réflexion 





Trois domaines 
1 - Le domaine du savoir
Il concerne le domaine des connaissances, théories, méthodes, techniques professionnelles générales…   
Connaître le secteur d’activité de l'entreprise
Connaître la législation du travail  
Connaître le principe de fonctionnement d’une Entreprise de chaudronnerie
Connaître ………………………… 



2 - Le domaine du savoir-faire 

Il concerne le domaine des gestes, mouvements, modes opératoires, mises en pratique des connaissances. 
Rédigez un compte-rendu de visite  
Construire un plan d’actions commerciales 
Organiser une campagne de sensibilisation à la sécurité sur les chantiers  
Rédigez un livret d’accueil  
Gérer ………………………………..  



3 - Le domaine du savoir-être 

Il concerne le domaine des comportements et des attitudes. 
Etablir une relation positive avec autrui 
Ecouter  
Se remettre en cause  
Avoir confiance en soi  
Faire face au stress  
Etre…………………………

Face à chaque activité, identifiez les compétences nécessaires correspondante et en face de chaque compétence identifiée, repérez s’il s’agit d’une compétence relevant :
  • D’un savoir : S
  • D’un savoir faire : SF 
  • D’un savoir être : SE 
Fiche de compétences   Synthèse
 
La colonne ‘priorité’ est destiné à classer par ordre d'importance vos missions principales.

Missions Principales Activités
Types de savoirs Priorités





Mission 1
Mission 2
...
Activité 1
Activité 2
...

S1 / S2
SF 1 / SF 2
SE 1 / SE 2
1
2

La prise de rendez-vous réussie

Pour réussir sa prospection commerciale, il faut d'abord veiller à disposer de tous les outils indispensables au succès.

  1. Un fichier qualifié
  2. Un argumentaire de prise de rendez-vous
  3. Une réponse pré-établie aux objections les plus fréquentes
  4. Un tableau de bord

En vous isolant et en étant calme, la prospection donne toujours des rendez-vous.

 

Et la 1ere minute du rdv ?

La pensée positive ou le savoir positif

"Whether you think you can, or think you can't, you're right"
Henry Ford
  "Si vous pensez que vous pouvez, ou pensez que vous ne pouvez pas, vous avez raison"

La direction, les managers et les équipiers de l'entreprise sont soumis à des contraintes. Quelle chance ! Vous allez pouvoir mettre en œuvre vos acquis de formation. Quand une opportunité se présente, il faut savoir la saisir, c'est ce que certains appellent favoriser sa chance.
STOP à la pensée positive  > Utilisez le Savoir Positif ?
La GRANDE différence entre la Pensée Positive et le Savoir Positif est simplement la différence dans les mots - dans un vous PENSEZ que vous pouvez le faire et dans l'autre vous SAVEZ que vous pouvez le faire.Parce qu'un problème partagé est un problème divisé au moins en 2...

 Quel modèle allez-vous choisir pour faire face à une  situation complexe, risquée et d'urgence ?




DECIDE
 

Détecter le changement
Estimer le besoin de résister ou de réagir au changement
Choisir un résultat désirable
Identifier les actions à mettre en œuvre
Do it ! Faites-le
Évaluer les actions
 

SOCS Model
 
Situation
  • Accepter et reconnaître le ou les problèmes au(x)quel(s) vous êtes confronté. Traitez-le ou les en fonction de vos priorités
Options
  • Passer en revue les options diverses disponibles et conduisez votre évaluation des risques et de gestion (direction) pour déterminer la meilleure option afin de répondre à votre solution. Il peut y avoir plus qu'une solution et certaines seront meilleures que d'autres.
Conséquences
  • Quelles seront les conséquences ? 
  • Si elles ne valent pas le risque du problème > Analysez à nouveau la situation boucle rétroactive
Sélectionner une option à mettre en œuvre
 
Vous souhaitez effacer le problème ?

CLEAR
Clarifiez le problème
  1. Cherchez des idées et partagez l'information
  2. L'évaluation des différentes solutions
  3. Enacter ? Quoi ? Mettez vos décisions en œuvre - Agissez
  4. Accompagner la performance
 
La valve de sécurité

Si les choses ne s'améliorent pas re-clarifiez, modifiez vos actions. Il est difficile d'admettre qu'on a tort. 
"Quand un problème ne trouve pas de solution, c'est qu'il est mal posé"

La modélisation de l'excellence

Every man is superior to me in some way and in that I learn of him
Tout homme m'est supérieur en quelque manière et je m'instruis auprès de lui
R.W.Emerson

Modélisation de l'excellence


Aussi bien les systèmes que les personnes apprennent, l'entreprise affirme son apprenance avec un cerveau qui se veut collectif . Le knowledge management est incontournable pour toute entreprise qui souhaite se développer et réussir sur son marché. Le capital humain est celui qui offre le plus de rendement et serait même, d'après les analystes financiers, le capital réel de l'entreprise.

Si nous nous basons sur les travaux de Bateson, nous savons qu'il existe 5 niveaux d'apprentissage.
   
1 - L'ignorance est le commencement de tout : Je ne sais pas que je ne sais pas


Qui peut savoir de quoi il aura besoin d'apprendre pour faire face à la vie ?

Un jeune diplômé orienté web 2.0, conçoit et voit le monde avec des liens sociaux virtuels, il ignore encore comment il se comportera dans le monde réel ou comment diriger des hommes qui ne réagissent pas comme des programmes informatiques de jeux vidéo.
L'une des difficultés pour sortir les meilleurs diplômés de leurs incompétences inconscientes est de les sortir de leur entêtement. Ils sont persuadés de tout savoir et malgré l'étendue de leurs savoirs, ils ont du mal à prendre  conscience de leur incompétence.

Par ailleurs, qui ne connait pas un manager qui est persuadé d'avoir raison parce qu'il est le chef ? Aurait-il oublié que nous vivons dans un monde qui change ?
Un directeur commercial qui exigerait que les commerciaux fassent du porte à porte, une méthode qui a connu son succès, serait-il pertinent peu importe le secteur géographique de la zone de chalandise ?
Son ignorance des bénéfices de la vente à distance serait-elle bienfaitrice pour l'entreprise et les savoirs acquis des commerciaux lors de leur formation initiale ?

2 - Le premier pas de l'excellence : Je sais que je ne sais pas



Avec la formation tout au long de sa vie professionnelle, cette étape est la première marche indispensable pour mieux réussir à mieux vivre. Le développement des solutions Mix learning (Le Blend-learning détrône le E-learning ) permet aux savoirs de se démocratiser.

Simplement n'ayons pas comme croyance que les machines vont tout nous apprendre. Nous apprenons à chaque instant, à chaque évènement, les fameuses leçons de la vie. Les machines ne sont qu'un support pour nous permettre de nous fournir rapidement telle ou telle information, de nous aider à mémoriser différentes données mais notre génie ou notre talent d'humain réside dans la capacité de notre cerveau à traiter n'importe quel type d'information consciente ou non. 
 
Le meilleur moyen d'apprendre ce que je ne sais pas est l'autre, le co-apprentissage qui réapparait dans les entreprises apprenantes où les séniors peuvent échanger leurs savoirs avec les juniors. Les théoriciens et les praticiens agissant de concert pour vivre ensemble.

3 - Les savantes ridicules  

« si vous songez à nourrir votre esprit, / C'est de viande bien creuse, à ce que chacun dit » 
Molière



Ce formateur est le meilleur, je viens d'apprendre telle chose, je détiens la vérité. Il est à craindre que ce participant enthousiaste ne se transforme en gardien du temple en souhaitant créer un conseil de l'ordre de la chose nouvelle.
N'oublions pas Dante, l'enfer est pavé de bonnes intentions et un état totalitaire pourrait se créer sans que nous nous en rendions compte.


Le permis de conduire ne fait pas le conducteur. Les erreurs sont d'autant de sources de profit à venir pour peu qu'elles soient transformées en épreuves d'apprentissage. Car la connaissance et l'expérience réunies permettent de répondre à une question d'excellence : En quoi cet échec nous apprend-il quelque chose que nous n'aurions pas appris si nous avions réussi ?

4 - L'artiste en herbe : Science sans conscience n'est que ruine de l'âme
 

Aussitôt que l'artiste a intégré toutes les techniques nécessaires à la réalisation de son expression, il se doit de les oublier pour devenir un artiste talentueux. En exprimant l'indicible, l'intuition et la spontanéité, il donne du naturel à l'irréel.
Nous avons appris à marcher, à lire, à parler et ce n'est pas pour autant que nous pensons aux techniques de la marche, de la lecture syllabique ou globale ou aux règles d'expression quand nous faisons ces actes du quotidien.
Cet automatisme permet à certains d'avoir telle démarche, d'avoir tel impact lors de leur prise de parole en public. Mais réfléchissez à comment vous devez marcher pour marcher et vous tomberez à coup sûr. Pour cela, il faut du temps pour intégrer et de la confiance en soi qui s'acquiert petit à petit, la fameuse stratégie des petits pas pour mieux courir. Dans le monde professionnel, certains ont recours au bilan de compétences pour réactiver ses savoirs oubliés mais acquis.

5 - L'état de l'art ou les joies de l'excellence
 
L'exemple simplissime :

Pour modifier un contrat, je contacte le service client de l'entreprise. J'ai juste une adresse à changer. Pour le commercial qui respecte à la lettre les procédures, il devra prononcer différentes phrases pour avoir la meilleure note à l'évaluation de l'appel. De fait, même si cela ne m'intéresse pas et que cela me prend du temps, il devra passer par telle et telle étape. L'évaluateur le notera parfaitement, je n'aurai aucune raison valable de critiquer son travail en cas de contrôle de qualité mais cette entreprise m'aura juste fait perdre du temps et m'aura montré que la rigidité des procédures est plus importante que mon bien-être.
En licenciant les séniors, de nombreuses entreprises ont perdu une partie de leurs savoir-faire et de leur capital qui se loge dans nos circuits neuronaux. Les solutions technologiques tentent de remédier à ces départs pour que l'entreprise, autrefois excellente, ne se retrouve pas au stade de l'ignorante.
La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et ses référentiels associés aux modèles normalisés, les maîtres Yaka Fokon sont légions et amènent chaque participant, chaque acteur de la performance économique à reproduire fidèlement le guide des bonnes pratiques et des bonnes exécutions.
Or, le chemin de l'excellence n'a pas de destination. C'est un univers aux possibilités infinies et non un parcours d'obligations. N'oublions pas cette autre devise :

"Les meilleures idées viennent des autres". 
R.W.Emerson
 
Si vous êtes orienté sur l'excellence, telle ou telle recette peut donner tel résultat mais pourquoi refuser au quotidien que l'autre puisse avoir une meilleure solution ou un autre environnement idéal ?