Bonjour et bienvenue

Rechercher

Merci d'être toujours plus nombreux

25 mai 2020

#LLDDF : Covid-19, le grand soir avait déjà eu lieu ... entre flux et reflux des stocks ...



Quand un changement civilisationnel s'opérait, la question devenait quand avait-il eu lieu ? La datation ne permettait de savoir avec précision chaque grand soir qu'avait connu l'Humanité. Au mieux, la datation permettait de nommer de grandes périodes humaines : la sédentarisation, les inventions du gouvernail, de l'imprimerie, du moteur à vapeur, à explosion, électrique, du microprocesseur, ...
Pour autant même les meilleurs historiens ne pouvaient affirmer : "C'est ce soir là, précisément que le changement avait eu lieu". La date des inventions ne permettait pas d'affirmer le grand soir avec l'imprimerie a commencé ce jour-là. Les gens de l'époque n'en savaient rien, ils y croyaient ou non, ils en voyaient ou non les répercussions mais à aucun moment, la société dans son ensemble s'écriait : "C'est le grand soir", l’avènement de la société des scribes comme au temps des pyramides et de la civilisation égyptienne, de la société de la transmission du savoir, des stocks de connaissances avec les bibliothèques aux flux d'informations avec l'encyclopédie Wikipedia et sa nouvelle manière de valoriser les connaissances, de les partager, d'augmenter le savoir individuel puis collectif, d'être un monde plus civilisé. Tout dépendait si la société prenait à corps l'invention ou pas, le moteur à hydrogène l'avait démontré, vielle invention qui revenait au goût du jour.
Avec la pandémie Covid-19 et l'arrêt de l'économie provoqué, les vieux idéologues rêvaient d'un grand soir, se remettaient à mettre au goût du jour leurs vieux espoirs avec de nouveaux slogans, ils n'étudiaient pas la situation pour déterminer ce qui avait changé, ils radotaient leurs vieilles rengaines. Face à eux, ceux qui se disaient pragmatiques expliquaient qu'il n'y aurait pas de monde d'après mais la réapparition du monde d'avant, et ils choisissaient avec précision les exemples qui allaient dans leur sens comme la réouverture des magasins Zara avec les files d'attentes des clients prêts à acheter de la fringue éphémère et jetable comme avant la pandémie.
Le rebond de pollution accréditait leurs idées que le monde ne changerait pas, que la vie reprendrait son cours sans changement. Et pourtant ...

Le temps d'arrêt provoquait bien plus de changements que n'importe quelle formation "Conduite du changement", que n'importe quelle politique de transformation écologique ou bioéthique. Le télétravail qui n'était pas une nouveauté avait connu un test grandeur nature en raison de son obligation passagère le temps du confinement. Tout ce qui avait déjà été dit sur les avantages et inconvénients du télétravail avait pris réalité, s'était incarné et en même temps toutes les illusions sur le télétravail avaient été également mises à nu. Travailler à distance ne mobilisait pas les mêmes schémas mentaux, la même organisation qu'un travail dans un collectif de bureau. Si les changements n'étaient pas perçus avec clarté au commencement, leurs conséquences prenaient du temps à émerger à la conscience de chacun, le changement, lui, avait bien eu lieu. Il fallait du temps au temps pour le nommer avec précision et ne pas le confondre avec autre chose.

Avec le confinement, le réflexe avait été de stocker la nourriture, l'énergie comme si la confiance dans les flux était rompue alors que la transformation d'une économie des stocks à une économie des flux était chaque jour plus grande. Les blablacar, les netflix, les coliving et coworking étaient adoptés de plus en plus. Pas de stock que du flux. 

Des stocks de charbon aux réserves de pétrole, les gens n'avaient pas vu le grand soir, ils étaient passés d'une énergie extrêmement polluante à une autre polluante différemment. Ils avaient attendu le grand soir de la fin du charbon puis du pic du pétrole conventionnel, puis du pic du pétrole bitumineux en vain.  Le charbon était revenu lors de l'accident du Fukushima. L'Allemagne avait quitté l'énergie nucléaire sans carbone pour une énergie carbonée et polluante et ce n'était pas le seul pays à avoir pris ce chemin tortueux à la demande des écologistes. Moins de nucléaire, plus de pollution, curieuse conception de l'écologie ou de l'écosophie comme disaient les milieux à la pointe du dernier slogan en vogue. 
Si les énergies renouvelables étaient désormais moins chères que l'énergie nucléaire, elles imposaient de vivre uniquement en fonction des flux d'émission sans avoir de stock pour répondre à une demande en temps réel comme la nuit ou les jours sans soleil et sans vent.
D'une énergie en flux (soleil, vent, bois,...) à des ressources énergétiques en stock (pétrole, nucléaire), les sociétés humaines avaient connu un essor des flux de personnes, de marchandises, d'informations et de capitaux, tel était le paradoxe du monde d'avant.

Avec la distanciation sociale obligatoire, les universités et les écoles devaient repenser leur manière de faire avec le télé-enseignement. D'une logique de stock de places dans les amphis où les savoirs étaient délivrés en temps réel, la pandémie Covid-19 exigeait de passer à une logique de flux avec une transmission des savoirs asynchrone et des activités synchrones pour maintenir une cohésion d'équipes et le sentiment d'appartenance à une communauté. Le monde d'après ne nécessitait plus un stock de places conforme à la population en âge et en devoir d'étudier, là était déjà le changement qui s'imposait à tous, professeurs comme étudiants et administratifs.

Avec le besoin de traiter un nombre de malades croissant, les hôpitaux, eux, avaient pris conscience que le flux de patients imposait d'avoir un stock de lits pour mener à bien les périodes de réanimation. Une réallocation des ressources avait eu lieu dans l'urgence au début puis une analyse avait permis par la suite une plus grande fluidité remettant en cause aussi bien les modèles d'avant ne raisonnant qu'en stock que les modèles des économistes pensant uniquement en flux, l'hybride prenait sa place avec des raisons incarnées et les retours d'expériences.

Le grand soir avait bien eu lieu, les transformations avaient commencé, seule la conscientisation prenait du temps et faisait croire qu'il pourrait ou pas avoir lieu. Si le futur commençait maintenant, alors le futur du monde d'après ne serait pas le futur du monde d'avant. Les villes du monde d'après se précisaient chaque jour davantage, d'un raisonnement sur le stock de logement, le stock de parking, le stock de ressources et d'énergie, les villes évoluaient avec des logements en flux en fonction des situations, à des solutions de partage de véhicules pour ne plus encombrer les artères de la ville, pour que son cœur batte à un rythme régulier, que l'oxygénation soit meilleure comme avec le Covid-19.

Tout avait déjà changé, d'une démocratie du carbone à la démocratie des flux, la question des stocks de capitaux allait exiger une réponse sociétale et politique sous peine de disparaitre. Mais qu'attendre d'une société française où 2 + 2 = 5 ?



Les épisodes précédents :

Épisode 0 
Variation dystopique

Épisode 1
L'Homme Ordinaire face au numérique et à l'intelligence artificielle

Épisode 2
Des entrailles de l'animal au tweet jusqu'à l'attentat

Épisode 3
Les Misérables des Frères Musulmans à la cérémonie des Oscars

Épisode 4 
Macron, la jaquette de la Révolution, le journaliste militant Bouhafs et le risque système

Épisode 5
D'Allah al Ibn est pédé au doigt dans le cul d'Allah, droit au blasphème de Fomet à l'appel au meurtre de Mila

Épisode 6
PMA et GPA ou l'illusion d'une vraie parentalité et la réalité des enfants chimères

Épisode 7
De Louis XVI à Macron, du Capital Humain de l'esclavage aux droits à la retraite des Outsiders

Épisode 8 
Grâce à la féministe Yaël Mellul, les femmes enfin condamnées pour le suicide forcé de leur conjointe et conjoint

Épisode 9
Tomber de simplicité en complexité et la victoire du Maître des Assassins

Épisode 10
La Reine du Monde et le For Intérieur des violables

Épisode 11
Des érections municipales de Griveaux et de l'honnêteté commune de Castaner, état de la Pornocratie Française

Épisode12
Le César de la taqyia est attribué à ? Mickaël Harpon dans La Préfecture m'était contée

Épisode 13
Journée du droit de la Femme à la violence, l'analyse Gender Blender

Épisode 14
La dernière leçon d'Universalisme offerte à Rockhaya Diallo et Caroline Fourest

Épisode 15
Les élections municipales et le bain de sang de Laurent Fabius et de Gérard Larcher

Épisode 16
Les élites françaises contre le peuple

Épisode 17
Conspiracy Watch, Check News et Les Décodeurs, les Folamour des vérités illusoires ou le confinement de l'objectivité et de la déontologie

Épisode 18
Le procès du Président Macron et du gouvernement Philippe, Einstein à la plage

Épisode19
Covid-19 et Protection de l'enfance : #NeRienLaisserPasser à la femelle blanche Marlène Schiappa

Épisode 20
Covid-19 et l'Enfant Bleu

Épisode 21
Covid-19 : Le virus de la Destruction Créative

Épisode 22
Covid-19 : Amazon était-il interdit de livrer des humains GPA en France ?

Épisode 23
L'économie covidée était-elle une construction sociale aléatoire ou inégalitaire ?     

Épisode 24
Grâce au Covid-19, les pauvres réalisaient le niveau de haine des ultra-riches à leur égard

Épisode 25
L'étrange défaite d'Emmanuel Macron

La sélection Code 7H99