La police de la précieuse Macronie déploie les canons à eaux et gazent les pompiers.


Les pompiers qui étaient déjà régulièrement caillassés par les délinquants qui pullulent en France sont désormais gazés par les forces de l'Ordre de la précieuse Macronie. Comme nous l'avions déjà écrit dans des articles précédents, les violences de toutes natures vont continuer à se développer en France, elles sont indispensables au maintien de la présidence française puisque la Macronie a besoin de se créer des ennemis pour paraître vertueuse car pour la précieuse Macronie, la guerre, c'est la paix des oligarques.




La Macronie prendra plaisir à être photographiée et filmée quand elle ira décorer les cercueils des pompiers morts au feu pour faire de belles images de la Présidence Instagram avec des breloques de type Légion d'honneur à titre posthume.

PMA - GPA : Décodons les décodeurs du Monde


Quand on veut fausser un débat, il suffit de choisir des interlocuteurs qui vont dans le sens des croyances. 

Mettre en exergue Ciotti, la Manif pour tous permet d'axer sur les opposants à la PMA / GPA sont des homophobes. En rhétorique, cela s'appelle Ad Hominem et Ad Personam et permet d'occulter le propos, la personne étant disqualifiée.

Pourtant dans l'analyse des décodeurs, ils rappellent le contexte fortement homophobe dans les années 70 et les analyses étaient axées à savoir si les couples "fabriquaient" à leur tour des homosexuels. Elles n'étaient pas centrées sur le bien-être de l'enfant.

Les études actuelles aussi bien au Royaume-Uni (pays de la seule experte sur le sujet), aux USA ou en Suède, démontrent que les enfants de PMA Femmes Seules ont une moindre réussite scolaire et développent plus de troubles ainsi que des probabilités significatives de tomber dans la délinquance et la toxicomanie. 

Concernant la PMA / GPA de couples et peu importe que le couple soit hétéro ou homo, là encore les études actuelles montrent des difficultés pour les enfants. Aussi bien en raison de la méthode de procréation retenue, certaines comme la FIV ISCI créant plus de retard de développement que d'autres que part le fait que ce mode de procréation anxiogène par les traitements, les échecs et son faible taux de réussite (20% d'après les chiffres de l'inserm 2015) font que la psychologie et le comportemental des "parents d'intentions" sont différents et impactant négativement pour les enfants.

Et pour les violences sur enfants, l'étude Daly et Wilson montre que les parents non biologiques sont 12 fois plus violents que les parents biologiques.

Mais au delà des études existantes qui mettent en exergue des problèmes minimisés dans cette vidéo des décodeurs, vidéo qui fait l'impasse sur l'avis de l'Académie de Médecine qui précise un changement anthropologique majeur et les motivations de cet avis.

La PMA GPA favorise la manipulation biotechnique des capacités reproductives. En réalité, ces deux pratiques font partie d’une même logique vis-à-vis de la procréation : il s’agit de contourner les limites naturelles, quitte à éreinter le corps et à tomber dans le déni de notre condition, comme le prouvent les dérives du mouvement LGBT, grâce auquel une députée vient de proposer de supprimer, soit-disant à la faveur des personnes intersexuées et transgenres, la mention du sexe à l’état civil, car elle serait une donnée relative et « inutile » à observer.
Par ailleurs, les entreprises telles que Google proposent la congélation d'ovocytes des femmes durant leurs périodes de haute productivité puis de passer par une PMA plus tard y compris quand l'horloge biologique sera dépassée.
La PMA pour toutes ne pallie pas à une inégalité sociale, mais naturelle : la procréation seule ou entre personnes du même sexe est une impossibilité matérielle (ce qui rend le remboursement de la PMA par la Sécurité sociale aberrant).

Qu'en disent les enfants, devenus adultes à qui on a décidé de supprimer volontairement leur filiation biologique au profit d'une filiation fictive ?

Ils se regroupent en collectif pour exiger la fin de l'anonymat des donneurs (Pourtant à écouter les décodeurs du Monde tout irait bien dans le meilleur des mondes).
Ils témoignent de leur mal-être à ne pas connaitre leurs origines.
Et maintenant, ils font des procès à leurs parents d'intention pour obtenir une déchéance de parentalité et d'avoir un état civil conforme à la réalité biologique (Voir la décision de la CEDH en Janvier 2019).

Les décodeurs du Monde peuvent minimiser les inconvénients, taire la parole des concernés, ils ne décodent rien, ils participent à la fabrique du consentement telle que définit par Edward Bernays qui s'était appuyé sur les mouvements féministes pour mieux vendre des cigarettes.

Aujourd'hui, la fabrique du consentement au transhumanisme s'appuie sur les mouvements féministes et LGBT pour promouvoir une techno-reproduction où la sélection de certaines caractéristiques (Choix de la couleur des cheveux, de la couleur des yeux, du sexe de l'enfant, de son phénotype, de son groupe sanguin, de son niveau de QI avec suppression de maladies sont offerts sur catalogue suivant le porte monnaie des parents d'intention).


Quelques liens avec études sourcées et témoignages :

La PMA n'est pas une victoire féministe mais une victoire de l'industrie de la techno-reproduction

Le site Racine Rouge tenu par Cécilia Lépine propose une analyse sur la PMA que nous vous invitons à découvrir.

Lors de la lecture de son texte, nous vous invitons à avoir en mémoire la fabrique du consentement d'Edward Bernays qui s'est servi des mouvements féministes, les suffragettes, pour vendre davantage de cigarettes.

Par ailleurs, nous mettons ici notre commentaire en ligne puisque Cecilia Lépine ne l'accepte pas, elle l'a supprimé. Les féministes n'aiment pas la contradiction, elles préfèrent la pensée en entre-soi comme tous les mouvements sectaires.

Mise à jour 21h33 : Notre commentaire est à nouveau en ligne sur le site de Racine Rouge..

La question de la PMA / GPA, est souvent posée dans le débat public et dans le débat des militants féministes et LGBT comme un débat entre conservateurs et progressistes. Cette manière de poser les cardinaux de ce débat la limite plus qu'autre chose à mon sens car il fait l'impasse sur l'Intérêt Supérieur de l'Enfant, il fait l'impasse sur l'avenir d'un humain, ce dernier, l'enfant étant réifié aussi bien comme réponse à un désir ou expression d'un besoin.

Le progrès tel qu'il est mis en débat met en exergue des technophiles et technophobes, simplement, là encore, ce binarisme, en fait oublier les subtilités. Cela revient à réfléchir par réductionnisme, l'humain ne se distingue plus alors de la machine qui ne pense qu'en 0 ou 1, en vrai et faux, en bien ou mal, etc...

A titre d'exemple, l'Art Pariétal et l'Art Numérique ne s'opposent pas, l'un n'est pas un progrès sur l'autre, chacun véhicule une idée de progrès. Mais chacun aussi amène à se poser la question : Prédire qu'est-ce que le progrès commence par définir le but de l'Histoire avec un H majuscule.

Le progrès notamment technique nous a permis d'améliorer la productivité, notamment au travail, et nous pouvons tous observer à quel point les progrès scientifiques et techniques se sont répandus dans toute la société au point que nous pouvons fabriquer du vivant.
La procréation médicale assistée a permis à des couple à la fertilité incertaine d'avoir des enfants, cette procréation agissait tel un médicament face à un problème de procréation. La technique s'est développée et d'une fécondation dite in vivo, nous sommes passés à une procréation Ex Utero ce qui a donné lieu à l'introduction d'un tiers (spermatozoïde, ovocyte ou embryon) avec une gestation aussi bien chez la génitrice biologique qu'une génitrice extérieure (le cas de la GPA).
La technique permet cela aujourd'hui et les méthodes de techno-reproduction se sont transformées en Assistance médicale Procréative. Cela a induit à un changement de paradigme avec l'émergence d'une fonction injonctive et performative. L'enfant a naître devait être un "bon enfant".
C'est-à-dire que les examens médicaux doivent (déontique) assurer aux futurs "parents" que l'enfant est sans handicap majeur (le cas de la trisomie 21 détectable avant l'implantation dans l'utérus et d'autres maladies identifiables par le dépistage pré-natale non invasif) mais également avec certaines caractéristiques (même phénotype, telle couleur de cheveux ou des yeux, tel groupe sanguin, tel sexe et maintenant tel niveau de QI). Nous sommes donc arrivés au seuil du transhumanisme et de la fabrication d'enfants dits parfaits grâce à la techno-reproduction.

Simplement, ce progrès technique et scientifique fait également l'impasse sur le progrès humain et des conditions de vie qui eux aussi composent ce concept de progrès.

Les études (Aux USA, en Suède et au Royaume-Uni) à ce jour permettent de savoir, par exemple, que les enfants de familles mono-parentales ont une moindre réussite scolaire, ont une probabilité de basculer dans la délinquance et la toxicomanie plus importante.
Par mono-parentale s'entend une famille où l'enfant est orphelin suite à un accident de la vie et maintenant suite à un choix délibéré et volontaire d'une femme, c'est le cas de la PMA femme célibataire. N'est pas considéré comme mono-parentales, des enfants qui seraient sous le régime de la garde alternée, ceux là, ont les mêmes chances de réussite que les enfants de familles non divorcées.

D'autres études, notamment celle de Daly et Wilson, éclairent sur l'Effet Cendrillon, à savoir que des parents non biologiques sont 12 fois plus violents que des parents biologiques. Ainsi dans une famille dite recomposée ou dans le cas d'une PMA de couples, on observe plus de violences de la part des parents sur leurs enfants non biologiques y compris quand le foyer est composé d'enfants biologiques et non biologiques.

L'étude Bowen faite sur 252 enfants montrent que les enfants fabriqués par la méthode FIV ISCI, privilégiée par l'Inserm, augmente le risque de retard dans le développement de l'enfant.

Une étude israélienne montre que les enfants issus de PMA / GPA ont des difficultés d’adaptation scolaire et les enfants eux-mêmes montrent plus d’agressivité et de sentiments anxieux et/ou dépressifs. Les plus problématiques sont des garçons et des enfants ayant des parents d’âge avancé.

Au travers de ces quelques études et il en existe encore d'autres, nous pouvons saisir les difficultés à venir sur les questions de progrès humains et de conditions de vie d'êtres en devenir.

A noter également, une différence entre Parents d'adoption, Tuteurs légaux et Parents d'intention.
Pour les enfants, il existe une différence bien que légalement rien ne distingue ces 3 dénominations.
Les pupilles de la Nation ont des tuteurs légaux, ils ne les reconnaissent pas comme parents.
Les orphelins adoptés distinguent les parents d'adoption des parents biologiques et nous pouvons observer que les parents d'adoption sont souvent accompagnateurs de leurs enfants quand ceux ci sont en recherche de leurs parents biologiques.
Les parents d'intention PMA GPA ont eux davantage tendance à expliquer qu'ils sont les seuls réels parents ce qui à l'adolescence peut créer différents conflits jusqu'à des procès de déchéance de parentalité à la demande des enfants.

Si j'ai tenu à rédiger tout cela et que j'étais heureux de lire votre analyse non pas de féministe mais d'humaine sur cette question et que je tenais, en ma qualité de personne sans filiation biologique à qui l'on a imposé une filiation d'intention que je refuse, mon point de vue et comment j'analysais cette question avec les mises en exergue effectuées.
Je ne prétends pas détenir la vérité mais simplement à exprimer comment un individu à qui on a volé son identité biologique délibérément malgré, je n'en doute pas de bonnes intentions initiales, comment une personne directement concerné par ce sujet peut à la fois être en accord avec l'asservissement techno-reproductif que vous avez explicité et en même temps avoir un avis quelque peu décalé sur le sujet puisque nous ne partageons pas les mêmes cardinaux dans l'analyse.

Cordialement.







La PMA n’est pas une victoire féministe

C’est sans grande surprise que l’Assemblée nationale a voté l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples lesbiens ce vendredi 27 septembre. Ce vote, célébré par moult effusions de joie, est décrit comme une « grande avancée » pour les femmes. Les associations féministes et LGBT, qui ont grandement porté ce projet de loi, s’accordent sur le sujet : la PMA est une question d’égalité sociale, une mesure féministe qui permet aux femmes de contrôler leur fertilité comme elles l’entendent. Elle serait un moyen de sortir du « modèle hétéro-patriarcal » qui veut qu’il faille un homme pour élever un enfant et former une famille.
Pour l’opinion progressiste, ceux qui s’y opposent sont soit des fidèles éparpillés de feu la Manif pour Tous, soit des droitistes rétrogrades et homophobes. Dans tous les cas, s’opposer à la PMA, c’est prendre le risque d’être remis à sa place par les partisans du progrès, qui semblent malheureusement croire que tout ce qui est innovant et fondamentalement opposé aux modèles et aux principes du passé constitue un progrès moral. À ce progrès s’oppose la droite conservatrice et traditionnelle, qui ne serait qu’un frein aux avancées de l’humanité puisqu’elle cherche à nous maintenir dans l’obscurité des cavernes de l’âge primitif. Dans Marianne, Jacques Julliard écrit :

La suite